Dans un contexte de retour à une expression plus juste du terroir, les blancs prennent une place grandissante. Voici une sélection de très beaux vins blancs, avec des styles différents, de l’Alsace au Jura, en passant par la Champagne et la Bourgogne et la Loire.

Domaine André et Mireille Tissot, château-chalon 2011

Quo non ascendet ? Jusqu’où ira Stéphane Tissot, propulsé parmi les étoiles filantes de la constellation des grands vins ? Mis en orbite depuis 1993 avec son épouse Bénédicte, il a repris les commandes du domaine familial avec une énergie peu commune et l’ambition de produire de grands vins de terroir, issus de sélections parcellaires.

Stéphane Tissot poursuit sa recherche de pureté par des vinifications en amphore, du chardonnay rose (un cépage rare), de nouvelles plantations à haute densité ou encore la conquête de nouveaux terroirs, comme à Château-Chalon où il exploite une petite parcelle d’à peine plus d’un hectare ! Le domaine compte 50 hectares en biodynamie et signe plus d’une quarantaine de cuvées à la régularité insolente. Des blancs sur lies et sur la réduction, impeccablement ciselés, des vins jaunes d’une pureté gracile : tout est réussi. Et la vie est belle.

La note de B+D : 18/20

En vente depuis le 08/11/2018

Marc Kreydenweiss, riesling grand cru Kastelberg 2016

Antoine Kreydenweiss a rejoint le domaine en 2004. Profitant de la diversité des terroirs d’Andlau, il est aux commandes (depuis 2007) de ce beau domaine et gère seul les vignes et les vinifications. Ses vins secs sont élevés sur lies afin de gagner en harmonie. Les vignes sont travaillées en biodynamie depuis assez longtemps pour avoir acquis une certaine stabilité.

La note de B+D : 17.5/20

En vente à partir du 13/11/2018

Domaine du Clos Naudin, Réserve, vouvray moelleux 2016

À la tête d’un vignoble de 12 hectares, Philippe Foreau est l’une des figures mythiques de Vouvray. Une grande dégustation verticale, depuis le mythique 1921 jusqu’au 2010, donne un aperçu des vins grandioses produits sur la propriété. Les vins, souvent d’une pureté extraordinaire, offrent des finales vibrantes sur le zeste d’agrumes. Attention, bus jeunes, ils peuvent paraître hermétiques mais avec le temps, ils gagnent toujours en raffinement. La dégustation des millésimes produits dans les années 20 confirme les capacités de ces vouvrays à traverser les âges ! Ce sont des vins qu’il faut mettre dans leur perspective naturelle : la table.

La note de B+D : 17/20

En vente à partir du 18/11/2018

Domaine Héritiers du Comte Lafon, viré-clessé 2017 2014

Dominique Lafon est célèbre dans le mondovino pour son domaine à Meursault, mais celui créé à Milly-Lamartine en 1999 n’en a pas moins fait ses preuves. Ce sont aujourd’hui 21 hectares qui sont conduits en agriculture biologique certifiée, sous la direction de Caroline Gon. Les vins sont vinifiés en foudres et en demi-muids, travaillés sur la réduction jusqu’à la mise en bouteille. L’exploitation cultive des terroirs très intéressants et variés sur différents secteurs du Mâconnais. Il faut si possible aérer les vins pour qu’ils s’expriment au mieux, leur style étant caractérisé par leur verticalité.

La note de B+D : 17/20

En vente à partir du 18/11/2018

Pierre Gimonnet et Fils, cuvée Œnophile (non dosé), champagne brut nature 2012

La collection des cuvées mono grand cru repousse les limites de l’art de l’assemblage, poussant à l’excellence domaine phare de la Côte des Blancs dont la philosophie originelle se résume par ces mots : « Nous préférons additionner les qualités des différents grands terroirs que de nous cantonner à l’unicité d’un seul, pour nous trop réducteur, nous sommes à contre-courant de la mode ambiante », expliquent en souriant Olivier et Didier Gimonnet.

La note de B+D : 16.5/20

En vente à partir du 20/11/2018

Domaine Jean-Claude Bachelet, Les Encégnières, chassagne-montrachet 2014

Jean-Baptiste et Benoît dirigent ce domaine familial historique du XVIIe siècle avec la plus grande précision. Les dix hectares, soit 80 parcelles de vignes plantées entre Saint-Aubin et Chassagne-Montrachet, sont cultivés depuis 2016 selon les pratiques biodynamiques. Le chai inauguré en 2010 est une cathédrale érigée au nom d’une œnologie intuitive et de grande précision. Depuis l’an dernier, sa progression dans notre hiérarchie des domaines est largement justifiée. Tous les blancs sont d’une précision rare.

Quelques mots sur ce chassagne-montrachet : situation privilégiée sous le climat du bâtard-montrachet, on passe ici du statut de « grand cru » à celui de « village » en quelques mètres. Le demi-hectare de cette parcelle partage sans aucun doute le même sol d’argile dense avec son voisin prestigieux, en lui conférant toutefois un supplément de tension qui le gratifie d’un raffinement rarissime.

La note de B+D : 17/20

En vente à partir du 22/11/2018

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.